piano

Diabelli Variations de Beethoven, par William Kinderman

«Un oiseau très rare», a dit de lui Alfred Brendel, en référence à ses capacités à combiner performances musicales et académiques. Philosophe et interprète, William Kinderman a fait ses armes à Yale, Berkeley, et à l’université de Vienne. Ses Variations Diabelli se nourrissent d’une culture musicologique exhaustive. Le résultat, sage et ciselé, propose une forme de point de repère, de jalon quant à la fidélité aux exigences de Beethoven. Le pendant, en quelque sorte, aux versions plus subjectives d’un Kovacevich ou d’un Anderszewski. La très grande clarté d’élocution et la rigueur de la progression composent les points forts du disque. A prendre comme une analyse de texte.

«Un oiseau très rare», a dit de lui Alfred Brendel, en référence à ses capacités à combiner performances musicales et académiques. Philosophe et interprète, William Kinderman a fait ses armes à Yale (Berkeley) et à l’Université de Vienne. Ses Variations Diabelli se nourrissent d’une culture musicologique exhaustive. Le résultat, sage et ciselé, propose une forme de point de repère, de jalon quant à la fidélité aux exigences de Beethoven. Le pendant, en quelque sorte, aux versions plus subjectives d’un Kovacevich ou d’un Anderszewski. La très grande clarté d’élocution et la rigueur de la progression composent les points forts du disque. A prendre comme une analyse de texte.

Publicité