Bande dessinée

Dieu est humour, Dieu fait patte de velours

L’esprit divin souffle sur la bande dessinée. Geluck et Winshluss peignent une moustache à la Sainte Vierge dans «La Bible selon Le Chat» et «In God We Trust», deux livres à déconseiller aux intégristes

Dieu est humour, Dieu fait patte de velours

L’esprit divin souffle sur la bande dessinée. Geluck et Winshluss peignent une moustache à la Sainte Vierge dans «La Bible selon Le Chat» et «In God We Trust», deux livres à déconseiller aux intégristes

Est-ce parce que les temps sont proches? Que les jeunes sont attirés par l’herméneutique? La Bible a la cote auprès des auteurs de bande dessinée. Robert Crumb montre la voie en 2009 avec La Genèse. Parti pour se livrer à une satire de l’Ancien Testament, le grand imagier de la contre-culture américaine (Fritz the Cat, Mr Natural…) est frappé par la «folie furieuse» que recèle le Livre. Elle ne nécessite aucun adjuvant. Il retranscrit chaque mot du texte original qu’il illustre minutieusement. Cinquante chapitres, quelque 1200 cases…

Ce travail de bénédictin a agacé une poignée de fondamentalistes chrétiens et exaspéré un bouffeur de curés comme Siné, jetant l’anathème sur Crumb: «Il vieillit mal le dessinateur pour avoir illustré sans humour ce tissu d’âneries pour lardons attardés.» Philippe Geluck émet aussi des réserves: «Crumb a tout redessiné la Genèse au pied de la lettre. C’est un peu rasoir, comme l’original.»

L’humoriste belge s’inscrit dans une veine autrement iconoclaste. L’automne dernier, il publie La Bible selon Le Chat, une relecture des Ecritures menée à la lumière du onzième commandement: «Tu riras de tout, car, vu qu’on va tous crever un jour, seul l’humour te permettra d’avoir un peu de recul sur les vicissitudes de l’existence.»

Geluck commence par le commencement, c’est-à-dire les ténèbres, et place un premier gag avant même le «Fiat lux!». La lumière faite, le lecteur découvre que le Très-Haut à la tête du Chat. Il crée le mouton et les autres animaux, y compris les dinosaures, «n’en déplaise à ces cons de créationnistes», puis Adam et Eve; Il finit par rencontrer Son créateur, Geluck en personne, dans une mise en abyme mystagoguenarde.

L’esprit potache et le recours systématique à l’anachronisme marquent les limites de l’entreprise. Mais le bon Geluck surprend lorsqu’il se fait grinçant, quand la noirceur pointe comme un masque macabre d’Ensor sous la tradition du gros pif. Ainsi, l’épouse du Chat-Dieu, c’est la Mort en personne, fausse blonde et vraie salope…

In God We Trust raconte la même histoire, mais en poussant un peu plus loin le sacrilège et en variant les registres. Au trait limité de Geluck, Winshluss oppose un graphisme polymorphe et des techniques mixtes.

Né Vincent Paronnaud en 1970 à La Rochelle, Winshluss est un petit maître de la ligne crade. Il n’a pas son pareil pour précipiter les archétypes des comics d’antan dans les affres des mutations post-cataclysmiques. Issu du collectif Les Requins Marteaux, il a reçu le Prix du meilleur album à Angoulême en 2009 pour Pinocchio, une adaptation punk du conte de Collodi. Il a aussi été le partenaire de Marjane Satrapi sur Persepolis et Poulet aux prunes.

C’est le Saint-Esprit qui narre les Evangiles selon Winshluss. Il a une flèche fichée dans le crâne et une tête de moine cirrhosé comme on en voit sur les boîtes de camembert. Son boss, Dieu, a un look de vieux biker, un regard de cyclope et les mains de Mickey. Avec son pote l’ange Gabriel, Il aime bien faire des farces à Abraham – car Dieu est humour. Et voilà qu’un jour, du haut des cieux, Il craque pour un tendron de Nazareth. Neuf mois plus tard naît Jésus, un enfant difficile, complexé, qui fait du surf avec des marginaux, avant de mourir bêtement à la suite d’un pari…

A-t-il mangé les mêmes champignons magiques que Jean sur l’île de Patmos? Winshluss délire grave dans son imitation. Il introduit Conan l’Israélite dans l’Exode, il narre le combat titanesque de Dieu et de Superman, il retrace l’ascension et la chute de la fameuse rock star Jean Paul II, il dépeint la pathétique noyade des dinosaures quand l’arche de Noé cingle au large, il entrecoupe son exégèse de pages publicitaires pour le monde féerique de Fabulous Lourdes ou une sélection des meilleurs vins de messe…

Geluck et Winshluss iront en enfer, pour sûr. En attendant, ils nous auront bien fait rigoler.

La Bible selon Le Chat, de Philippe Geluck & Dieu, Casterman. In God We Trust, de Winshluss, Les Requins Marteaux.

Publicité