Concerts

Les Digitales, Start Up

Pour la douzième fois, le festival itinérant promène ses découvertes musicales dans les coins verdoyants des villes d’ici

Quel est le rôle d’un incubateur? D’aider à la naissance ou de provoquer la conception? A suivre depuis douze éditions les Digitales, on prend plaisir à voir les deux fonctions se mêler.

Rappel: les Digitales sont à envisager comme un festival itinérant et gratuit, qui, avec ses transats, arpente durant le mois d’août les parcs publics de toutes les régions linguistiques du pays (pour 2016, par ordre chronologique du 13 au 27 août, arrêts à Porrentruy, Lausanne, La Chaux-de-Fonds, Fribourg, Berne, Zurich et Paradiso) pour faire goûter au quidam la venue au monde d’expérimentations électro-acoustiques dans toute leur originalité puerpérale: ainsi aura-t-on vu au fil des années une alternance de joyeux dingues jouant de la tapette à mouches amplifiée (on en connaît un, il signe ces lignes) et de propositions aux armatures plus solides, mais à chaque fois marquées d’une proximité et d’une inventivité communicatives.

Car c’est bien là la marque des Digitales: montrer que la musique, même exigeante, n’est pas chose absconse, que l’appréciation des sons étranges n’est affaire que d’ouverture d’esprit, et surtout que l’accès à la scène n’est en rien réservé aux seuls instrumentistes aguerris – en ce sens, les Digitales sont bel et bien une couveuse.

On le vérifiera une fois de plus cette année: quelques signatures notoires charpentent l’ensemble – c’est le cas, le 13 août à Porrentruy, de l’excellente Irène Drésel, publiée chez les Parisiens d’InFiné, excellent exemple de techno tubulaire menée à un train de sénateur; c’est le cas aussi d’Aeroflot, monument d’électro pop martelante et mélancolique délivré même jour, même lieu, ainsi que le 21 à Zurich et le 27 à La Chaux-de-Fonds par deux maîtres romands, POL et Arnaud Sponar.

Pour le reste: que proposeront, entre des dizaines d’autres, Nuclear Cookery, Spyko, Torentus, Hundschopf, Arem, L’ogre-fantôme, Myalo, Bigeneric, Une Corda Meccanica ou A Virtual Friend? On ne saurait le définir. Un détour par les profils SoundCloud et Mixcloud de chacun permettrait de se faire une idée. Ce n’est pas un prérequis: peut-être justement faut-il se laisser porter par cette suite mystérieuse de pseudonymes et toutes les promesses étranges dont ils sont pleins.

Publicité