Les animateurs de la Maison d'Ailleurs, à Yverdon, ont de la suite dans les idées. Il y a cinq ans, juste avant que les Yverdonnois se prononcent sur une extension du musée de la science-fiction dans l'ancien nuage d'Expo.02, la Maison d'Ailleurs présentait une première exposition consacrée à Dinotopia. Ces temps, alors que le Musée a enfin ouvert son annexe, l'Espace Jules Verne (LT du 2.10.08), il propose un Retour à Dinotopia. Et comme tout est lié, James Gurney, le créateur de cette contrée imaginaire, se déclare «l'un des nombreux petits enfants de Jules Verne».

James Gurney a créé Dinotopia en 1992. Il dépeint l'utopie d'une cohabitation entre les dinosaures et des hommes de l'époque victorienne. L'imagerie, qui mêle la fin du XIXe siècle à un exotisme au parfum d'encens indienne, s'est déployée sur quatre grands volumes comprenant environ 150 illustrations, des tableaux méticuleusement élaborés par l'artiste. L'entreprise Dinotopia tourne à plein régime, avec une vingtaine de livres pour la jeunesse, des vidéos, une mini-série TV...

Réalisme magique

La Maison d'Ailleurs présente 55 tableaux originaux de James Gurney, qui narrent le voyage de l'explorateur Arthur Denison. Celui-ci cherche l'empire de Chandara accompagné d'un brave saurien. Certaines toiles impressionnent par leur réalisme magique, cristallisant la curieuse méthode de James Gurney: un mélange d'inspiration des jeux de rôle, de fascination naturaliste, d'exactitude scientifique et de rigueur dans la composition.

Ancien illustrateur du National Geographic, le peintre travaille dans la nature et veille à la véracité de ses dinosaures, mettant à jour ses connaissances avec les dernières découvertes - pour les experts, le microraptor ou le caudipteryx, entre autres. Seule la couleur des animaux relève de la licence artistique. James Gurney explique sa filiation à Jules Verne «parce que, comme lui, j'aime l'exploration de terre inconnues. Et s'il faut pour cela recourir à une idée impossible, paraissant même ridicule, je chercherai à la rendre plausible». «C'est la nostalgie d'un monde qui, en fait, n'a jamais existé, raison pour laquelle cette œuvre plaît à la fois aux enfants et aux adultes», commente le directeur de la Maison d'Ailleurs Patrick Gyger, pour qui James Gurney «renoue avec les grandes figures de l'illustration littéraire». Et comme la Maison d'Ailleurs a quand même les pieds sur terre, elle possède l'exclusivité européenne de cette exposition, déjà agendée en Grande-Bretagne et en France.

Retour à Dinotopia. Maison d'Ailleurs, Yverdon. Jusqu'au 8 mars 2009. Rens. 024/425 64 38 ou http://www.ailleurs.ch. Voir aussi http://www.jamesgurney.com