L’amour de la Comédie. Celui qui tue parfois un directeur, attise des querelles, enflamme les rangées. Ce samedi 4 avril, les équipes du boulevard des Philosophes devaient faire leurs adieux à la façade distinguée de la maison, à ses trois masques de pierre qui se rient de nos vanités. La fête prévue aurait dû étirer la nuit jusqu’à la déraison. Le lendemain, on se serait réveillé dans le nouveau bâtiment des Eaux-Vives.

Ce feu d’artifice n’aura pas lieu. Le coronavirus a éteint les flambeaux. Mais une exposition virtuelle aussi élégante dans son déroulé qu’émouvante, riche d’images inédites – près de 1000 – et de documents vidéo permet dès aujourd’hui de saluer la belle dame des Philosophes. Et de se rappeler qu’elle est le fruit d’un rêve réalisé en 1913 par l’acteur Ernest Fournier, fils de bistrotiers qui avait fait vœu de servir Molière et d’insuffler le goût de l’épique à ces calvinistes de Genevois.