Bac+3: l'impulsion décisive

Genève rêve depuis des années de réunir ses fleurons des arts contemporains et visuels sur un même site. Aux côtés du Mamco, et du Centre d'art contemporain vont venir s'ajouter, dans le même bâtiment baptisé Bac +3, le Centre pour l'image contemporaine, le Centre d'édition contemporaine et le Centre pour la photographie. Depuis au bas mot quatre ans, le dossier traînait à cause de la présence du Musée Jean Tua de l'Automobile dans les locaux dévolus à Bac+3. Le problème était complexe sur le plan juridique et humain. Patrice Mugny a tranché et la Ville a gagné le procès face à Jean Tua. Les associations appelées à cohabiter sont toujours en négociation, entre elles, pour occuper l'espace. Cela ne va pas sans heurts ni crispations mais cela avance.

Grand Théâtre: la cacophonie

Là, se cristallise le plus gros des reproches à l'encontre du magistrat. Les président et vice-président du Conseil de fondation de l'institution ont démissionné pour contester les initiatives et la gestion de crise du magistrat. Au cœur du drame, un problème de ressources humaines sur lequel s'est greffé un conflit de personnes. Est-ce que Patrice Mugny a vu rouge, en fils de syndicaliste, face à «la souffrance du personnel» et oublié le rôle de médiateur qui incombe à l'autorité publique? Ou, au contraire, aurait-il mieux valu qu'il intervienne encore plus vite et plus fort, comme on l'entend aussi dans le milieu musical. Réponse fin mars avec les résultats de l'audit.