Livres

La disparue de Tasmanie, une intrigue signée B. Michael Radburn

Quand la petit Drew s’évapore comme par enchantement, le garde-forestier Taylor Bridges est ramené à la perte de son propre enfant. Décidément, la vie n’est pas tendre avec cet homme douloureux et attachant

Vous rêvez de partir en Tasmanie? L’Australien B. Michael Radburn vous y emmène, sans escale, le temps d’un bon polar joliment intitulé L’Arbre aux fées. Neige, bourrasques, routes impossibles, le décor se révèle des plus rafraîchissants dans cette île située au large de la côte sud de l’Australie. A condition d’aimer les climats rudes en hiver et les conditions de vie spartiates, la «porte de l’Antarctique» ne manque pas de charmes.

Si le garde forestier Taylor Bridges a demandé sa mutation à Glorys Crossing, une petite ville peu à peu engloutie par un lac de barrage, ce n’est toutefois pas pour partir sur les traces du fameux diable de Tasmanie, espèce menacée de marsupiaux carnivores au hurlement inquiétant. Non, ce qu’il cherche, c’est une manière de fuir son chagrin. Sa fille Claire, 8 ans, a disparu un jour de tempête alors qu’elle allait chercher du secours après un accident. Son couple a volé en éclats à la suite de ce drame. La culpabilité qui le ronge renforce encore les crises de somnambulisme qui l’affectent.