Une réédition à bénir. Non seulement l'interprétation que le compositeur donne de son bouleversant chef-d'œuvre reste une des meilleures possible, avec les trois chanteurs dédicataires, symboliquement choisis en signe de réconciliation des peuples, mais encore elle est cette fois complétée par des extraits des répétitions. On y découvre un Britten d'une exigence méticuleuse, mais aussi d'une énergie communicative.

Vichnevskaya, Pears, Fischer-Dieskau, London Symphony, dir. Britten, (Decca 414 383-2/Universal)