«Génie», «magicien du son français», «musicien d'exception», etc. Exégète de ses œuvres, le label allemand Bungalow ne s'embarrasse pas de nuances pour saluer le travail du musicien et producteur Bertrand Burgalat. Fondateur du label Tricatel, responsable des parutions de Valérie Lemercier, April March, Etienne Charry ou, plus récemment, Michel Houellebecq, le jeune homme s'est imposé en quelques années comme une des personnalités les plus atypiques du show-business français. Considéré par beaucoup comme un des instigateurs du son rétro à l'origine de la french touch (Air, Daft Punk), Bertrand Burgalat s'est toujours défié des tendances en vogue, préférant planter ses choux pop à la mode de chez Bacharach ou Gainsbourg période Melody Nelson. Soit une écriture aux arrangements luxuriants, ménageant de nombreuses modulations harmoniques et mélodiques, sans pour autant verser dans la nostalgie kitsch ou le détournement parodique. Agréable à l'oreille, le travail du Français se révèle, à l'écoute de cette compilation regroupant les parutions de son label, plus sombre et torturé qu'il n'y paraît, enveloppant l'auditeur dans une sorte de malaise lancinant, comme une fin de fête éthylique et blême.