Suite de l'épisode country amorcé par Nashville. Et nouvelle perplexité des fans du Frisell créateur de mondes parallèles. L'intérêt de cette incartade réside surtout dans l'abandon aux séductions de la mélodie, soit une composante essentielle de cet univers qui a toujours laissé affleurer son exigence de fraternité. Donc de communication. Même si le ton est ici plus personnel, avec ce «Cold, Cold Ground» ingénieusement bidouillé qui devrait rassurer les friselliens de la première heure.

Bill Frisell

Good Dog, Happy Man

(Nonesuch 7559-79536-2/Warner)