Sortie de manière confidentielle l'an passé, la compilation de l'œuvre complète de Grauzone permet de mesurer le triste chemin parcouru par Stephan Eicher depuis l'éclatement de ce trio majeur. Au début des années 80, le chanteur alémanique avait la rime minimaliste et un talent rare pour allier expérimentation et mélodie. Avec son frère Martin et le compositeur Marco Repetto, Stephan Eicher lançait les bases de la cold wave, s'inspirant tant des groupes punk ascétiques que de formations comme Suicide ou Cabaret Voltaire. Spectacles multimédias avant l'heure, les concerts du trio incorporaient des projections d'images, invitant à l'hypnose. Véritable témoignage des années turbulentes zurichoises, ces chansons romantiques et givrées dépeignent une Suisse congelée par le conformisme. De l'entêtant «Eisbär» au romantique «Der Weg zu Zweit», deux ans d'une carrière fulgurante défilent, deux ans qui ont marqué la musique électronique contemporaine. Célébrés par toute une génération de musiciens techno, Grauzone est aujourd'hui une des rares formations cultes du rock suisse.

(Off Course/PIAS – Musikvertrieb)