L'ambitieuse intégrale Ligeti de Sony s'est arrêtée à mi-chemin (huit volumes sur treize prévus). Une dispute entre le compositeur et Esa-Pekka Salonen, principal maître d'œuvre de l'édition, semble être la cause de cette pause que l'on espère momentanée. Par chance, la nouvelle version (1996) de l'opéra Le Grand Macabre a déjà été mise en boîte. Enregistrée au Théâtre du Châtelet à Paris en février 1998, elle dégraisse l'orchestration, élimine la plupart des dialogues parlés qui alourdissaient la version originale de 1975-1977. On n'en apprécie que davantage le délire continuel dans lequel baigne l'intrigue inspirée par Ghelderode. Du Prélude de klaxons aux lignes vocales complètement distordues, en passant par le vrai-faux duo d'amour d'Amando et Amanda, la musique de Ligeti n'a rien perdu de sa force subversive. La direction de Salonen rend avec une clarté chirurgicale les intentions du compositeur. Plateau vocal superlatif, avec un terrifiant Willard White dans le rôle de Nekrotzar, et une glaçante Jard van Nes dans celui de Mescalina.

CONTEMPORAIN: György Ligeti, Le Grand Macabre, Ehlert, Claycomb, van Nes, etc.,

Philharmonia Orch., Esa-Pekka Salonen, (Sony S2K 62312, 2 CD)