Le jour où l'Eurovision voudra remplacer son inusable Te Deum par une musique encore plus grandiose, elle pourra puiser dans cette messe solennelle, rutilante de timbales et trompettes, qui, comme son nom ne l'indique pas, fut écrite pour le Dôme de Salzbourg et ses multiples tribunes. Vingt-trois voix réparties en cinq chœurs: spectaculaire, mais aussi fervent. Le baroque a toujours adoré jouer avec l'espace.

Heinrich Ignaz Franz Biber. Missa Bruxellensis, Capella Reial, Concert des Nations, dir. Jordi Savall, (AliaVox AV 9808/Disques Office)