Tant qu'il y aura des gens pour rééditer Joe Sullivan, tout ira bien sur la planète jazz. Représentant emblématique de l'école de Chicago, Sullivan est de ces musiciens blancs qui ont vécu le jazz comme une aventure passionnée. D'où la chaleureuse vigueur de ce jeu marqué par les leçons de déchiquetage d'Earl Hines, mais aussi par la bonhomie rondouillarde de Fats Waller. Ces faces rares – gravées entre 1944 et 1952 – en piano solo ou petites formations ont conservé toute leur jeunesse.

Joe Sullivan

The Piano Artistry

(Jazz Unlimited 2051/Plainisphare)