Juste avant Dido and Aeneas, cet opéra du maître de Purcell témoigne de la même intention de créer un opéra anglais sur le modèle de la tragédie lyrique française, avec le même souci de concision et d'émotion intense. Après des épisodes charmants conduits par un espiègle Cupidon (excellent Robin Blaze), c'est la mort du bel Adonis (Gerald Finley) pleuré par une Vénus sobrement tragique (Rosemary Joshua). Une nouvelle réussite de René Jacobs.

John Blow, Venus and Adonis, Clare College Chapel Choir, Orch. of the Age of the Enlightenment, dir. René Jacobs, (Harmonia Mundi HMC 901684/Musikvertrieb)