ROMANTIQUE

Disques: Nicolas Medtner: Intégrale des Sonates pour piano

Malgré l'extraordinaire beauté de sa musique pour piano, le compositeur russe reste méconnu.

«Je répète ce que je vous ai déjà dit en Russie: vous êtes, à mon sens, le plus grand compositeur de notre temps», lui écrivait Serge Rachmaninov en 1921. Musician's Musician, selon l'expression consacrée anglo-saxonne, Nicolas Medtner (1880-1951) commence seulement à connaître un début de renaissance. De ce Russe qui fuira le régime bolchevique pour se réfugier d'abord à Berlin, puis à Paris, enfin à Londres, où quelques connaisseurs éclairés le soutiendront face à l'oubli, on a parfois dit qu'il réalisait une parfaite synthèse entre Beethoven et Rachmaninov, ou encore qu'il serait une sorte de «Brahms russe». Même s'il y a du vrai dans ces formules, la musique de Medtner s'apprécie avant tout pour son caractère expressif à nul autre pareil, inclassable, d'une intériorité et d'une nostalgie démesurées.

Magnifique pianiste au jeu fluide et coloré, Medtner l'interprète peut être apprécié dans une excellente réédition de la Sonate «Appassionata» de Beethoven (enregistrée en 1946), ainsi que dans plusieurs de ses propres miniatures (Skazki, ou Contes). Malgré la lecture un peu superficielle du pianiste australien Geoffrey Tozer, l'intégrale en cours chez Chandos (le volume 5 vient de paraître) permet de découvrir peu à peu toutes les facettes de Medtner. Mais la véritable révélation vient de la première intégrale des Sonates pour piano, véritable coup de maître signé Marc-André Hamelin – interprète d'exception à qui l'on doit déjà de nombreux disques fabuleux consacrés à Liszt, Scriabine, Roslavetz, Alkan et bien d'autres. Le pianiste canadien se surpasse encore ici, et parvient à pénétrer au cœur de cette musique exigeante et solitaire.

Impossible de citer tous les trésors contenus dans cet indispensable coffret. Les sonates de jeunesse brillent par leurs élans passionnés et explosifs. Les deux inoubliables thèmes du premier mouvement de la Sonate op. 5 comptent tout simplement parmi les plus belles inspirations de la littérature pianistique. Les années de guerre et de révolution apportent deux chefs-d'œuvre extraordinaires: la Sonata Reminiscenza et la Sonata Tragica, chacune intégrée dans un cycle de Mélodies oubliées que Hamelin joue intégralement. Elles traduisent par leur caractère tour à tour sombre et idyllique les horreurs de l'époque, le souvenir lancinant du bonheur perdu… Dans les œuvres ultimes, le style s'est encore quintessencié. Partout, un sens de l'effusion lyrique canalisé par une vertigineuse science de l'écriture donne à la musique de Medtner une couleur unique, hors du temps, empreinte d'une bouleversante mélancolie. Les titres des œuvres parlent d'eux-mêmes: Sonata-Ballada, Sonata Romantica, Sonata Minacciosa, Sonate-Idylle…

Ces quatorze sonates ne se laissent pas apprivoiser du premier coup. Seule une écoute répétée et attentive permet d'en cueillir les transcendantes beautés, l'infinie grâce mélodique, la finesse (parfois l'extrême violence) des harmonies, l'invraisemblable subtilité du contrepoint. Mais l'effort est vite récompensé, et les mélodies de Medtner risquent de hanter longtemps l'auditeur de bonne volonté. Virtuose éblouissant, musicien réfléchi au tempérament de tragédien, Marc-André Hamelin se révèle un guide précieux dans ce labyrinthe des affects et des passions. Ce coffret est un monument de l'histoire du disque, comme il n'y en a pas eu beaucoup depuis une décennie.

Nicolas Medtner, Intégrale des Sonates pour piano, Marc-André Hamelin, piano (4 CD Hyperion/MusiKontakt)

Medtner joue Medtner (APR/Sonimex)

Intégrale, vol. 5, Geoffrey Tozer, piano (Chandos/Koch)

Publicité