Après avoir réenregistré l'essentiel de la musique du XXe siècle, Pierre Boulez revient en arrière dans le temps, jusqu'à franchir à reculons le cap du XIXe. Le chef d'orchestre français s'attaque à deux poèmes symphoniques qui incarnent les aspirations nietzschéennes de leur époque (et de la nôtre, voir l'utilisation d'Also

sprach… par Kubrick dans 2001: l'Odyssée de l'espace). Interprétations dramatiques et sensuelles en diable, parfois extatiquement étirées. Qui a dit que Boulez était un chef glacial?

Strauss/Mahler

Also sprach Zarathustra/Totenfeier

Chicago SO, Pierre Boulez

(DGG 457 649-2/Universal)