Quelque 300 bandes dessinées en dix ans, le Genevois Pierre Paquet n'est plus tout à fait un petit éditeur mais, au moment de fêter cet anniversaire, il est devenu plus prudent que lorsqu'il se lançait pour conquérir le monde. Normal, il n'avait que 22 ans, et il était plus jeune que ses jeunes auteurs.

Aujourd'hui, les Editions Paquet sont bien établies, sur le marché ados, jeunes adultes et grand public, dans des créneaux divers, dont l'aventure, plus ou moins fantastique. Même si Lincoln, une de ses meilleures séries, est un western: le cow-boy le plus teigneux de l'histoire de l'Ouest dû aux talents de Jérôme, Olivier et Anne-Claire Jouvray, a raflé huit prix, à Sierre et à Angoulême notamment. C'est aussi une de ses meilleures ventes, avec plus de 20000 exemplaires pour le premier volume. Le quatrième vient de sortir.

L'art de la découverte

Les «auteurs Paquet» sont d'ailleurs abonnés aux prix ou aux sélections dans les catégories premiers albums et découverte. Le dernier, à Angoulême cette année: Romain Hugault, pour Le Dernier Envol, une évocation à la fois personnelle et hyperréaliste d'aviateurs pendant la guerre 39-45. C'est que Pierre Paquet, par goût autant que par nécessité, travaille presque exclusivement avec de jeunes auteurs inconnus, qu'il essaie de faire percer. Un bon exemple est l'excellent Christophe Chabouté, qu'on retrouve maintenant chez de plus grands éditeurs.

Cela donne une qualité des publications inégale, mais c'est l'occasion pour des auteurs qui voient les portes se fermer en raison de la crise qui s'amorce de tenter leur chance. «Mais aujourd'hui je dois limiter mes envies, note Paquet, et moins accepter de bons projets peu vendeurs. Je suis plus frustré, mais plus serein...» D'ailleurs, la maison d'édition tourne grâce aussi au commerce de tampons encreurs, que Paquet n'a pas abandonné.

Depuis le début, Paquet ne s'est pas limité à la création en Suisse et en Europe: la centaine d'auteurs publiés viennent de vingt pays, dont le Brésil, le Mexique, l'Amérique du Nord ou le Gabon. Et à sa collection de manwhas coréennes viennent de s'ajouter des manhuas chinoises et taïwanaises. Une trentaine de ces auteurs seront présents ce week-end à Genève pour une grande fête à la Bibliothèque de la Cité, prolongée par une exposition jusqu'au 15 juin.

Rens. sur http://www.paquet.li ou au 022/320 88 20.