Les Docks, la nouvelle salle dédiée aux musiques actuelles de Lausanne qui a ouvert le 1er décembre dernier, a accueilli en moyenne 417,5 spectateurs payants par soirée de concerts. L'objectif initial de 422 entrées payantes est donc quasi atteint, a annoncé hier la direction. Du 28 janvier au 3 juin, les Docks ont organisé 42 soirées, dont 38 payantes. Une soirée sur quatre a affiché complet. La salle a accueilli 85 groupes au total, dont 45 suisses et beaucoup de hip-hop, un genre passablement délaissé par les scènes romandes jusque-là. Aucun incident grave ni déprédation n'est à déplorer. La police n'a été appelée qu'une seule fois, à titre préventif, a ajouté le directeur Emmanuel Gétaz, en se référant aux incidents survenus début mai en marge du concert du rappeur français Sinik.

Les Docks disposent d'un budget annuel d'exploitation de 2,2 millions de francs. La Ville verse une subvention annuelle de 100000 francs et devra s'acquitter des frais de déplacement, de reconstruction et d'aménagement de l'ancien Théâtre des roseaux d'Expo.02 dans le quartier du Flon. La facture finale devrait dépasser les 3,2 millions pour les contribuables lausannois, suite au dépassement de crédit de 23% annoncé début mars.

Le Temps: Les chiffres de la billetterie sont bons. Soulagé?

Emmanuel Gétaz: Absolument. Mais je suis davantage satisfait que soulagé. D'autant que ces chiffres-là ne sont pas sujets à trop d'interprétations. Un autre élément est plus rassurant encore: quelle que soit l'affluence, il y a toujours eu une qualité d'écoute aux Docks. Après seulement 25 semaines d'exploitation, le début d'une construction d'un public, d'une fidélisation se dessine. Par rapport au procès d'intention qui nous a été fait sur la présence de groupes suisses, les chiffres sont tout aussi clairs. Ce n'était pas un effet de manche.

- La programmation a affiché une nette couleur hip-hop. Ce positionnement va-t-il se développer?

Il y a eu un tam-tam hallucinant dans le milieu hip-hop francophone quant aux Docks et ses qualités acoustiques et d'accueil. Nous avons eu la chance aussi que des locomotives rap soient en tournée. Le printemps a été ainsi très favorable en termes de fréquentation dans ce style-là. Nous le développerons encore. C'est également la preuve qu'une salle d'une certaine taille manquait vraiment à Lausanne.