Le premier des dossiers que le nouveau ministre trouvera sur son bureau est celui de l’ Internet, du téléchargement et du droit d’auteur ; la loi Hadopi, amputée de sa partie répressive par le Conseil constitutionnel doit être bientôt complétée.

Il reprendra aussi le dossier de la gratuité des musées nationaux qui coûterait quelque 30 millions d’euros. Celui du patrimoine historique et architectural français dont l’état inquiète les spécialistes et dont l’entretien se heurte aux contraintes budgétaires – heureusement assouplies par les 100 millions prévus par le plan de relance. Et il lui faudra conclure, comme l’a promis Nicolas Sarkozy, les négociations sur le régime d’assurance chômage des intermittents du spectacle.

Enfin, en tant que ministre de la Communication, il devra mettre en œuvre des solutions pour faire face à la situation créée par la fin de la publicité sur les télévisions publique s, gérer les tensions engendrées par les nominations des patrons de chaînes radio et télé par le président de la République et assurer la pérennité de l’Agence France Presse (AFP).