Quand le prince Philip est mort, je me suis surprise à regarder plusieurs documentaires sur sa vie. C’est là que j’ai compris ce lien étrange qui me lie à la famille royale britannique. Buckingham Palace fonctionne comme un plateau de téléréalité et on s’attache, à son corps défendant, à ces êtres qui vieillissent devant nous. Les règles pour jouer à «Les Windsor à Buckingham» sont en effet extrêmes: les participants s’engagent de la naissance à la mort (sauf exfiltration récente en Californie).

Lire aussi: Décès de Philip, époux d’Elisabeth II: une vie de prince consort malgré lui