Le Printemps des oiseaux rares parle certes d’oiseaux, mais aussi d’amour, de foi, de relations familiales. Jean-Baptiste, ado surdoué et hypersensible, autrement dit «un zèbre», et Mélodie, jeune fille consumée par une première relation amoureuse – et sexuelle – destructrice, ont 17 ans et prennent la parole à tour de rôle, dans une alternance de chapitres brefs.

Lire aussi:  Comme des terres inconnues… à arpenter par de jeunes lecteurs

L’ornithologie, c’est la passion de Jibé, sa bouffée d’oxygène, lui qui a tant de mal à côtoyer ses semblables: il rédige une étude pour un concours de haut niveau et passe des heures à guetter les volatiles du Mont-Royal. Une mère enceinte pour la cinquième fois, un père qui s’en remet à Dieu à chaque occasion, Jibé doit composer avec cette famille qu’il aime mais juge sévèrement. Fréquenter Mélo, comprendre qu’il y a en elle une détresse cachée, c’est pour lui une expérience nouvelle.

L’auteure canadienne Dominique Demers construit patiemment un roman où deux adolescents s’avancent l’un vers l’autre à pas de fourmi, s’apprivoisent avec maladresse, inexpérience et délicatesse. Et où les adultes, bien présents, ont leur part de douleurs, de drames, de générosité aussi.

Pluie de moqueries

Le lecteur fait la connaissance de Fatou, la petite zébrelle, sur une image de couverture merveilleuse. Tant de gaucherie, de timidité, tant d’indécision: il y a quelque chose de bouleversant dans cette posture de «fillette» empruntée.

Tout allait bien pour Fatou jusqu’à ce que Rémi, à la récréation, la traite de cheval en pyjama. Une brèche dans laquelle les autres «enfants» (flamant, singe, lapin) s’engouffrent immédiatement et les moqueries pleuvent. Fatou se morfond: pourquoi sa robe est-elle rayée? Les explications de ses parents conjuguent la part d’inné et d’acquis, chaque rayure, dans leur bouche, correspondant à un peu de leur histoire, de leurs origines, sans oublier celles qui font que Fatou est unique.

Lire encore: Chacun cherche son chat et un chien se cherche

La Robe de Fatou est un album sensible sur la différence et le besoin d’appartenance. Si les mots de France Quatromme sont remarquables, les illustrations de Mercè López sont exceptionnelles d’expressivité, qu’elles soient littérales ou symboliques. Car les zébrures parcourent les pages, se font nuage, tache, avant de devenir chemin, arbre, lien…



Dominique Demers
Le Printemps des oiseaux rares
Gallimard Jeunesse/Scripto
Dès 15 ans


France Quatromme
Illustratrions: Mercè López
La Robe de Fatou
Kaléidoscope
Dès 5 ans