Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

jazz

Duke Ellington, «Paris Blues»

(Jazz Soundtrack/Musikvertrieb) Le film est bancal, la musique royale… pardon: ducale.

Genre: jazz
Qui ? Duke Ellington
Titre: Paris Blues
Chez qui ? (Jazz Soundtrack/Musikvertrieb)

Le film est bancal, la musique royale… pardon: ducale. Ceux qui l’ont vu n’ont pu l’oublier: Paris Blues, c’est une accumulation à peine croyable de clichés ­hollywoodiennement corrects sur le musicien de jazz. C’est donc en fermant les yeux que le film devient passionnant. On y assiste à l’une des nombreuses mues de l’orchestre de Duke Ellington, ou du moins à ses prémices: bien des séquences de ce soundtrack de 1961 annoncent, par une sorte de sauvagerie encore latente, le climat des toutes dernières suites ­ellingtoniennes. Ou le recueillement éperdu des ultimes concerts sacrés. Cela n’exclut pas l’humour, comme en cette intro de «Paris Stairs» où le pianiste Ellington imite Monk en train d’imiter le Duke. Petit plaisir en bonus: la BO culte intégrale d’Anatomy of a Murder – un vrai film d’auteur, lui.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps