Les jeudis se suivent et ne se ressemblent pas. La semaine dernière, le 11 août, les accros ont pu suivre les trois ultimes épisodes de la première saison de Lost, la série qui a cartonné cet été sur TSR1 et partout où elle a été diffusée ailleurs dans le monde. Mais ces accros-là, victimes de scénaristes particulièrement sadiques, ont eu de quoi hurler leur dépit, tant l'intrigue est restée en suspens.

Certains parlent même d'une vraie torture. Car aux dernières nouvelles, il va falloir attendre mai 2006 pour aggraver son addiction aux mystères de l'île apparemment déserte qui abrite les rescapés du crash du vol 815 d'Oceanic Airlines! Soit neuf longs mois, le temps de doubler en français la deuxième saison qui démarre en septembre aux Etats-Unis. Et peut-être, on l'espère, le temps d'apaiser les fans. Dont certains sont à bout de nerfs et en rêvent encore la nuit une semaine après ce sale coup. On les rassurera en leur disant que la presse people révélait récemment que Matthew Fox, l'interprète de Jack, prévoit que la série est partie pour huit saisons!

Les dernières images des Disparus? (Les Disparus, c'est le titre officiel en français, mais tout le monde dit Lost.) Sur le radeau de fortune parti à la dérive en quête d'hypothétiques sauveteurs, les quatre navigateurs repèrent un bateau qui vient à leur rencontre. Leur immense joie se mue vite en terreur lorsque ces quelques tronches de pirates entr'aperçues dans la nuit pélagique exigent que l'enfant Walt parte avec eux. Sawyer tente de les en empêcher en sortant son revolver, mais il se fait tirer dessus. Jin saute à l'eau pour le sauver et Michael tombe à son tour dans les flots en essayant de retenir Walt. Et le radeau finit par exploser en pleine mer!

Pendant ce temps, sur l'île, Jack, Kate, Locke et Hurley finissent par réussir à ouvrir la trappe du cylindre à la dynamite, mais on ne sait toujours pas ce qu'il contient… On ne sait d'ailleurs presque toujours rien au terme des 25 épisodes dus à J. J. Abrams et Damon Lindelof, qui ont fait coexister sur l'île ces quelque 50 naufragés de cultures différentes, privilégiant l'éparpillement de l'intrigue, fausses bonnes pistes et rebondissements de toutes sortes. Les différents personnages principaux, au nombre de quatorze, ont chacun un lourd passé que les scénaristes révèlent par des flash-back habilement distillés au fil des épisodes.

C'est comme cela qu'on retient le chaland. Sur TSR1, les épisodes diffusés à 21 h 15 ont été suivis en moyenne par 111 000 téléspectateurs (tls), soit 22,6% de parts de marché (pdm); ceux de 22 h par 120 000 tls, soit 25,7% pdm; ceux de 22 h 45 par 123 000 tls, soit 38,4% pdm. «C'est une série qui remporte d'emblée un très gros succès d'audience», relève Mathilde Boillat, du service communication de la TSR. Précisant que «l'importante part de marché du troisième épisode diffusé à 22 h 45 s'explique également par le fait qu'à cette heure «tardive», la consommation télévisuelle diminue». Reste que presque 4 téléspectateurs romands sur 10 qui se trouvent devant leur poste à ce moment-là regardent Lost.

Les chiffres sont éloquents: nombreux seront les orphelins ce soir. Que faire, alors? Il y a deux solutions, deux possibilités de maigre consolation. Soit attendre encore, mais moins longtemps, jusqu'à l'arrivée de cette première saison en DVD *, juste pour le plaisir de la (re)visionner. Soit se rabattre sur un autre gros succès à l'audimat, la série Urgences, dont la onzième saison inédite démarre ce soir à 21 h 05, à raison de deux épisodes par semaine jusqu'à la fin octobre.

A titre de comparaison, les épisodes d'Urgences qui avaient été diffusés sur la TSR en 2004 ont atteint à peine 1% de plus de parts de marché que Lost, le même soir à la même heure. Ce qui renforce le succès remporté par les insulaires par rapport aux as du bistouri qui, eux, sont installés dans cette case horaire depuis 2001 et se sont donc déjà constitué un public de fidèles. En moyenne, 15 000 téléspectateurs de plus que pour Lost sur deux épisodes, pour une série qui est vue et connue depuis plus de dix ans maintenant.

Imaginés par Michael Crichton (Sphère, Jurassic Park, Harcèlement, etc.), les forçats du Cook County General Hospital reprennent donc du service dès ce soir. Et sur les chapeaux de roue, puisque le premier épisode s'ouvre avec la suite de la course-poursuite à laquelle se livrent en voiture les Dr Pratt et Chen pour éviter les tirs d'un fou furieux. On peut évidemment déjà tout savoir des intrigues à venir en allant surfer sur Internet, par exemple qu'au final le Dr Carter (incarné par Noah Wyle) quittera Chicago: c'était le dernier personnage original de la série, déjà présent au cours de la première saison.

Donc sans perdre une minute, on se ventile, on se fait une chordotomie, NFS, chimi-iono, coag complète, 5 culots de O négatif, et l'adrénaline devrait remonter sans peine… Ce n'est pas la même sorte de drogue que celle à l'œuvre dans Lost, mais les amateurs ont de quoi réserver leurs jeudis soir pour une nouvelle période. On peut aussi entamer les festivités le 4 septembre sur France 2: «Vive le 4 septembre», commente d'ailleurs à ce propos l'internaute français(e?) Cybersa, «mais le plus chiant c'est qu'on commence les cours le lendemain». Oui, en plus de la téléréalité, il y a la télé. Et il y a la réalité: celle de la rentrée.

* Lost – Les Disparus, coffret saison 1, zone 2, avec sous-titres français ou version doublée, en vente dès le 23 novembre 2005. (Zone 1 dès septembre.)