Anne-Marie Delbart est une messagère de la bonne humeur, une femme bienveillante qui pousse, avec le sourire aux lèvres, la roue de la vie. Chez elle, les instants dévorés par la solitude deviennent des chansons, promesses d'un monde meilleur, omniprésentes dans ses créations. Son écriture scénique s'harmonise de plus en plus. Pas très réussie dans son dernier spectacle Les Dimanches de la vie, elle prend avec Les Gauchers, joué actuellement sous le chapiteau de Vidy, la densité d'un tableau vivant où littérature et peinture communient dans une atmosphère de cabaret (musique de Lee Maddeford).

Pour sa nouvelle création, la metteur en scène est restée fidèle à ses grands hommes qui s'appellent Luigi Pirandello, Samuel Beckett, Botho Strauss, Robert Walzer, Roland Dubillard… Chez eux, elle a fait une récolte de textes interprétés par Yvette Théraulaz et Robert Bouvier, dont les voix se croisent dans un duo d'amour à l'art (dramatique notamment) et à la vie.

La fragilité humaine

Cette vie semble prendre de court les deux comédiens, déjouant à chaque instant leur vigilance et révélant leur fragilité d'êtres humains. C'est peut-être pour cela qu'ils sont «gauchers», et de ce fait attendrissants. Lui d'abord, qui en observant sa partenaire «croit entendre chanter son âme». Elle, ensuite, âme légère officiant dans la pénombre du plateau qu'elle éclaire avec des bougies posées comme des quinquets sur une rampe.

Tous deux se sont mis sur leur trente et un. Smoking noir et chapeau à la Trenet pour Bouvier, bijoux et ensemble lamé pour Théraulaz. Ils sont là «tous les soirs à faire les mêmes choses, sur la même scène du même théâtre». Ce théâtre, le décorateur Gilles Lambert l'a conçu en adéquation avec l'esprit du spectacle. Il a ainsi agencé une succession de tableaux qui s'emboîtent et inscrivent le jeu dans un réseau de perspectives et d'images. Dévoilés progressivement, les tableaux évoquent les paysages du Douanier Rousseau et de Marc Chagall. Un univers que les acteurs, tantôt en apesanteur tantôt perdus dans les feuillages d'une forêt tropicale, habitent avec le panache de ceux qui savent que le bonheur n'est qu'un mirage.

Les gauchers: Lausanne, Théâtre de Vidy; jusqu'au 8 avril. Loc. 021/619 45 45