Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Dans «Les casseurs d’os», le drame commence en forêt.
© CC/Pixabay

polar

La dure Bohême de Sébastien Meier

L’écrivain romand conçoit un thriller politique dans une région imaginaire, mais néanmoins très proche

Deux crimes ont lieu dans la forêt de Bohême, au cœur d’un parc naturel, qu’imagine l’écrivain romand Sébastien Meier. Une universitaire est sauvagement assassinée, son assistant décède à la suite, de deux balles dans la tête. La brutalité des crimes choque ce pays exemplaire de tranquillité, dont les forces de police ont même posé les armes. A ce moment-là, le pays – la Bohême, donc – est secoué par un scandale politique majeur. Elias, journaliste, a révélé les accointances entre des responsables politiques et Monstlé, l’avide multinationale. Au reste, Elias vit au Rafiot, un bastion alternatif. Il est lui-même travesti à ses heures, sous le nom de La Garçonne.

Une chronique de Sébastien Meier: Sébastien Meier: «Patti Smith, moi, je la crois»

La montée en puissance d’un parti nationaliste

L’affaire éclate alors que la Bohême vacille sous les coups de boutoir d’un parti ultranationaliste, qui pourrait gagner des voix au prochain scrutin. La paisible contrée subit des tensions centrifuges. Et Elias apprend que la chercheuse avait tenté de le contacter. Sa mort aurait-elle quelque chose à voir avec les tensions actuelles?

Après sa sombre trilogie close par L’ordre des choses, chez Zoé, Sébastien Meier change d’univers. Il prend un grand bol d’air, puisque son histoire est bien inscrite dans les forêts alpines. Sa Bohême, qui semble correspondre à peu près à la région d’Europe centrale, est tout en vallons, lacs et petits chefs-lieux. C’est aussi une monarchie, mais la reine n’a guère de pouvoir.

A propos de L’Ordre des choses: Sébastien Meier replonge en eau trouble

La Suisse existe

La tranquillité des lieux pourrait faire penser à la Suisse, d’autant que le jeu de mots «Monstlé» évoque en partie un géant basé à Vevey. Pourtant, la Suisse est mentionnée, elle existe donc par elle-même, non loin de cette Bohême. Celle-ci paraît en fait plus ordonnée encore que l’actuelle Confédération, comme si elle en était une projection un peu rêvée, au départ. Car dans cette cité forestière, la criminalité atteint des bas historiques. Les forces de police ont même été désarmées, par principe.

Roman agréable, exotique grâce à ses milieux interlopes, Les casseurs d’os souffre d’être parfois un peu trop appliqué, comme s’il était écrit par un journaliste soucieux de précisions un brin superfétatoires. Mais la construction politique de Sébastien Meier débouche sur un bon thriller de conquêtes et de pouvoir, dans un monde plus proche qu’il n’y paraît.


Sébastien Meier, «Les casseurs d’os», Fleuve noir, 300 p.


Une précédente chronique de polar:  Le prix du polar européen consacre une glaçante histoire de tuerie scolaire

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps