Andrew Currie (2006). Fido. Bande originale: anglaise ou française (Dolby Digital 5.1). Sous-titrage: français. Metropolitan

Et si... Le scénariste et réalisateur Andrew Currie fait son petit Mai 68 avec Fido, une joyeuse comédie horrifique primée au Festival du film fantastique de Gérardmer 2007 et restée, depuis, inédite en Suisse. Il est en effet question d'années 1960 et, tiens donc, d'un monde policé où la jeunesse s'apprête à se révolter contre les pères. Cause de la révolte: depuis qu'un nuage radioactif a réveillé les morts, ces pauvres zombies ont été domestiqués par des colliers électroniques de la multinationale ZomCon. Ils servent de domestiques, de femmes de ménage, de jardiniers, de cuisiniers, d'employés de maison, voire d'animaux de compagnie. Ne pas avoir son zombie corvéable à merci est, désormais, le comble de la misère sociale.

Si bien que, contre l'avis de son époux émotif (Dylan Baker) et pour éviter d'être la risée du quartier, Madame Robinson (Carrie-Ann Moss) décide de s'offrir un zombie que leur petit garçon (K'Sun Ray) nomme Fido (l'acteur écossais Billy Connolly, hilarant). Sauf que bientôt Timmy et Fido deviennent les meilleurs amis du monde et que Madame Robinson, délaissée par son couard de mari, se rapproche de «l'employé de maison». Dans le registre de la comédie-zombie dont le récent Shaun of the Dead reste le sommet, Fido est, on le voit, un petit bijou d'irrévérence. Dany le rouge, Fido le zombie: même combat.