Genre: classique
Qui ? Dvorák, Ravel et Mahler
Titre: Love and Longing
Chez qui ? (Deutsche Grammophon/Universal)

Il y a bien sûr le timbre magnifiquement ambré de Magdalena Kozená, accompagnée ici par son époux sir Simon Rattle et les Berliner Philharmoniker (chatoyants, raffinés). Si la voix est plastiquement belle, la mezzo tchèque affiche des maniérismes. Elle façonne les phrases en gonflant progressivement l’expression, comme pour gagner en ampleur et compenser certaines lacunes dans le bas médium. Elle distille les Chants bibliques de Dvorák (orchestrés par Vilém Zemánek) d’une mélancolie sourde et entêtante. Dans Shéhérazade de Ravel, elle surfe sur la courbe des phrases, avec un français clair (sans atteindre l’incarnation d’une Crespin). Les Rückert-Lieder de Mahler mériteraient une voix avec plus d’assise, malgré quelques beaux climats.