Cinéma

«Les Eblouis»: la prière ou la vie

Une adolescente est embrigadée dans une secte chrétienne par ses parents. Ce film poignant suit avec justesse son cheminement vers l’affranchissement

«Un papa, une maman, pour tous les enfants», scande la Manif pour tous. C’est bien joli mais il arrive que la formule magique dérape. Camille Lourmel, 12 ans, est née au sein d’une famille aimante. Outre les figures mentionnées ci-dessus, elle a deux petits frères et une petite sœur. La vie est douce à Angoulême. Mais les temps changent.

Catholiques pratiquants, Frédéric et Christine Lourmel se rapprochent d’une communauté charismatique, et finissent par l’intégrer. La première conséquence est que Camille doit quitter l’école du cirque, activité incompatible avec l’idéal chrétien selon le Berger qui veille aux destinées de cette congrégation intégriste. La suite est prévisible: dialectique de la culpabilisation, manipulation mentale, rituels exorcistes, confiscation des possessions matérielles, actes pédophiles…