Révélé jeudi dans une communication aux médias, le montant des fonds propres de l’Orchestre de la Suisse romande s'élève à 8,7 millions de francs. A la suite des interpellations du journal Le Courrier, l’institution a détaillé ses comptes, «régulièrement contrôlés par les Départements des finances de la ville et de l’Etat de Genève», précise Steve Roger, directeur général de la fondation.

Des chiffres «tout à fait dans la normalité pour une entreprise privée qui doit assumer ses pertes», bénéficiant par ailleurs d’une subvention annuelle de 9,4 millions de la ville et autant du canton. Mais qui posent question.

Selon le quotidien, la ville doit désormais déterminer si ces économies «contreviennent au règlement sur les conditions d’octroi des subventions municipales». Pour Matthias Erhardt, vice-président des Vert·es genevois cité par le journal, «on devrait s’interroger sur la hauteur de la subvention qu’on donne à une fondation qui parvient à mettre de l’argent de côté».