«Qu’Albert Camus et Maria Casarès se soient écrit des lettres magnifiques, c’est très bien. Mais l’important est que le public comprenne que chacun peut le faire. Ecrire des lettres est un art accessible à tous.» C’est de sa petite maison située au cœur de Mase que Manuella Maury nous explique la philosophie de Lettres de soie, le festival de correspondance qu’elle a fondé en 2017. Depuis, chaque automne, le village valaisan se transforme en rendez-vous des amoureux du papier, des enveloppes et des mots. Très vite, les visiteurs ont répondu présent dans une proportion qui a dépassé tous les pronostics: près de 4000 personnes sur trois jours en 2019 ont assisté à des lectures, des conférences, visité des expositions et surtout écrit des lettres, sur des tables posées dans un coin de jardin, sur un balcon, à l’ombre d’une place.

Lire aussi:Manuella Maury, la vie devant soi