Invités par le journal français Le Monde à réagir à la situation politique et à l'attitude du Front national, trente et un écrivains ont pris une position en flèche. Le quotidien a publié leurs réponses vendredi. Ainsi Patrick Modiano écrit que les Français «méritent mieux» et «valent mieux» que «ces pauvres acrobaties électorales».

Patrick Grainville lance un «Merci monsieur Mégret, vous avez été le froid révélateur de la lâcheté, de la tricherie, du déshonneur des sous-fifres». Pour le poète, essayiste et photographe Denis Roche «Vichy n'a jamais cessé d'exister». Philippe Djian parle de «pornographie», tandis qu'Alexandre Jardin en appelle aux «démocrates à fort crédit moral, novateurs dans leurs méthodes, généreux par leur esprit et singuliers dans leur stratégie», qui pourront «mettre un terme au pouvoir d'aimantation du FN».

Marie Darrieussecq signe une nouvelle de science-fiction en forme d'exorcisme racontant «Une Grande Fête française» où les petits enfants sont emmenés en cortège assister «à la pendaison des avortées, l'empalement des bougnouls, l'écartèlement des pédés». Des mots forts donc pour stigmatiser ces pantalonnades et leur danger réel.