Série

«Eden», l’Europe des migrants contée par Arte

La chaîne culturelle dévoile son gros projet de l’année, une série sur les réfugiés coécrite et réalisée par Dominik Moll, avec un collectif de scénaristes français et allemands. Le cinéaste et des auteurs racontent l’expérience

Inspirée d’une scène réelle, l’image est déjà l’emblème de la série. Sur une plage grecque fréquentée par des Allemands en goguette débarque un Zodiac, et les migrants qui s’y étaient entassés. Ainsi commence Eden, gros projet d’Arte et de la chaîne allemande ARD, dévoilée ce jeudi soir après une diffusion sur la RTS. Un pari: empoigner la question des migrants dans une mini-série de six épisodes. Le risque de pudding européen, doublé de la menace de verser dans le film à dossier, était fort. Les scénaristes, allemands et français, ainsi que le réalisateur Dominik Moll (Harry, un ami qui vous veut du bien), lui-même à cheval entre les deux pays, s’en tirent bien.

Une intrigue sur cinq groupes de personnages

Eden a l’éventail large, c’est ce qui fait sa force. Le spectateur suit les mésaventures, jusqu’au tragique, de deux réfugiés dans un camp en Grèce. Cette installation est une expérience pilote, confiée au secteur privé. Entre Athènes et Bruxelles, la directrice (Sylvie Testud, impeccable) manœuvre pour obtenir les crédits de l’UE. Les gardes grecs du camp ont eux aussi leur trajectoire, liée au drame du début.