La hardiesse d’un jeune chasseur en hiver. C’était la semaine passée à la Parfumerie, à Genève, et Edouard Hue, solaire comme le preux, avait cet air de frangin idéal qui séduit depuis ses débuts. Le regard est azur, c’est celui de Perceval. Autour de lui, ce soir-là comme tous les autres, une foule juvénile papillonne, impatiente de découvrir Molten, sa nouvelle création, à l’affiche cette semaine à Annecy et à Cluses.

Edouard Hue. Ce nom sonne comme une signature. A 30 ans à peine, ce danseur basé à Genève, mais sacrément arpenteur, peut se targuer d’avoir une compagnie – Beaver Dam Company –, un style et un paraphe. Cet automne, le jury danse de l’Office fédéral de la culture lui remettait le Prix de danseur exceptionnel. Au Festival d’Avignon, l’été passé, son solo Forward et sa pièce de groupe Into Outside se jouaient à guichets fermés pendant trois semaines. Une performance en soi, au vu de la concurrence: près de 1000 spectacles chaque jour.