Edvard Radzinsky

Raspoutine, l'ultime Vérité

Lattès, 610 p.

Une traque de plusieurs années a permis à l'auteur de cette biographie de mettre la main sur des documents essentiels et inédits. Détient-il pour cela «l'ultime vérité» à propos de son héros? Il s'en faut de beaucoup. La vie de Raspoutine est un tissu de mensonges alimentés par des témoignages contradictoires où la mort elle-même s'acharne sur la dépouille de sa victime Et encore!

Le saint homme assassiné en

décembre 1916 hantera les esprits durant la Révolution, notamment la famille impériale jusqu'à son funeste destin. Si elle n'est pas définitive, cette biographie signée d'un journaliste et dramaturge connu ne se contente pas d'un récit anecdotique, comme la plupart des ouvrages consacrés au starets. Elle étudie attentivement ses années de formation en les replaçant dans leur environnement culturel et religieux – mise en situation indispensable pour comprendre l'empire exercé par Raspoutine sur la famille impériale. Le moujik illettré se mêle étroitement aux cercles du pouvoir et intervient dans la grande politique. «Notre ami», comme aimait à l'appeler la tsarine, devient une pièce essentielle de l'histoire

de la fin des Romanov. Mais même ce constat ne constitue pas une vérité définitive.