Exposition

Edy Ferguson, assembleuse de sens

A voir au Centre d’art contemporain de Genève

Après son exposition au Musée Benaki d’Athènes, Edy Ferguson investit un étage entier du Centre d’art contemporain de Genève, et jusqu’à l’ascenseur. Son travail très diversifié respire pourtant une semblable atmosphère, fantasque, bariolée, bruyante aussi, et engagée. De fait, chacune des œuvres semble anecdotique, voire accessoire, alors que leur réunion, dans ce que Paolo Colombo, commissaire de l’exposition, appelle Gesamtkunstwerk ou œuvre d’art totale, suscite un intérêt constant.

Après une carrière dans l’enseignement, et un passé de militante féministe, l’artiste américaine, qui aujourd’hui vit entre New York, Londres et Athènes, jouit visiblement de la liberté de créer et de s’exprimer – à sa manière.

Et sa manière, qui puise dans le monde du cinéma et de la musique rock, est multiple et mixte, incluant la vidéo, le dessin et la photographie, le son, l’installation et le collage comme principe esthétique. Une des pièces les plus réussies semble cette vidéo projetée sur un livre ouvert, où les images défilent en lieu et place du texte, si bien que l’œuvre habite littéralement l’esprit du spectateur, lecteur devancé et influencé dans sa lecture par l’artiste.

Les images de l’installation vidéo intitulée She’s trying to disappear, visions de flammes et de tragédie nocturne, impressionnent le visiteur tout au long du parcours. Un parcours, donc, qui contribue à associer les pièces, à leur donner un sens: «Il y a confluence de valeurs au cœur de chaque œuvre, explique l’artiste. Et un ensemble d’œuvres génère des valeurs nouvelles dans leurs intervalles. Le processus est continu. C’est la vie.»

Un étage «Organic»

Un étage plus haut, la collective baptisée Organic réunit quelques sculpteurs aux franges de leur pratique. Ainsi Andro Wekua crée-t-il des manières environnements, éléments d’habitations détournés de leur usage par quelque détail intrusif. Quant à Pae White, il investit un espace sans toucher aux parois ni au sol, au moyen d’un mobile constitué d’une myriade de menus éléments suspendus…

Centre d’art contemporain, rue des Vieux-Grenadiers 10, Genève, tél. 022 329 18 42. Ma-di 11-18h. Jusqu’au 3 février.

Publicité