Que la marche funèbre, déglinguée et chaloupée qui ouvre l'album n'induise pas en erreur, Nights Out est un objet solidement fixé sur le piédestal du jouissif et de l'immédiatement addictif. Un registre que le trio londonien fait enfler de manière irrésistible en jouant sur des sons electro-dance qui sentent la récupe dans la vaste plaine des années 1980. A mi-chemin entre Devo («My Heart Rate Rapid» ou «On the Motorway») et Kraftwerk («Holiday»), Metronomy pioche dans le savant mais cultive le goût de la dérision; il bricole avec le second hand et parvient à bâtir un disque aussi biscornu qu'indispensable.