450 élèves de Suisse romande mais aussi de Berne, Zurich et du Tessin, ont lu, ces derniers mois, six romans contemporains et discuté avec leurs auteurs. Une quarantaine de rencontres, malgré les vagues de covid, qui ont mené à des échanges à bâtons rompus, suivis de débats animés entre élèves.

Alain Bagnoud, Elisa Shua Dusapin, Thomas Flahaut, Madeleine Knecht Zimmermann, Alexandre Lecoultre, Eric Bulliard, Michael Perruchoud et Guillaume Pidancet, se sont prêtés au jeu et ont soumis leur livre au jugement des élèves.

Au terme de cet exercice baptisé Le Roman des Romands, et dont c’était la 13e édition, un livre l’a emporté: Les Nuits d’été de Thomas Flahaut, né en 1991 à Montbéliard, installé aujourd’hui à Lausanne, ancien étudiant de l’Institut littéraire de Bienne, lauréat de la bourse Leenaards en 2018.

Thomas Flahaut a été couronné, hier soir par le jury des élèves lors d’une cérémonie, organisée au Théâtre Am-Stram-Gram à Genève. Les Nuits d’été, ce très beau roman – pour lequel nous l’avions rencontré – est le second qu’il a publié aux éditions françaises de l’Olivier, après un début passionnant avec Ostwald, paru en 2017.

Lire aussi: Apocalypse en Alsace

Selon le communiqué de presse du Roman des Romands, une des étudiantes-lectrices a commenté ainsi Les Nuits d’été: ce roman est «à l’image de son titre: quand on a 17 ans, on rêve des nuits d’été, des amourettes, de la tiédeur, du dépaysement – mais la réalité, le langage, les choix de ce texte parfois les révèlent de manière bien moins romantique et enviable».

Lire encore: «La mélancolie des truites», une nouvelle de Thomas Flahaut