Portrait

Elisabete Fernandes: Demain, c’est elle!

Elle a coréalisé l’adaptation genevoise du film «Demain» avec Grégory Chollet. Une aventure qui a changé sa vie

Exceptionnellement, elle se prête au jeu de l’exercice inversé, mais d’habitude, c’est elle qui interroge. Elisabete Fernandes, la coréalisatrice de la version genevoise du documentaire Demain, a passé deux ans à rencontrer des citoyens du canton militant pour une autre société. Le film, une adaptation de celui réalisé en France par Mélanie Laurent et Cyril Dion, recense des initiatives participatives et solidaires dans tous les domaines.

A ce sujet: «Demain Genève», le documentaire qui refuse d’être un outil de campagne électorale

Tout a naturellement commencé avec le documentaire français. Après l’avoir vu, un petit groupe de personnes s’est retrouvé pour faire bouger les choses à Genève. Ils ont pris contact avec Grégory Chollet, et l’association Demain Genève est née. Le film est le premier projet de l’entité.

La possibilité de réaliser un rêve

«Au départ, on devait organiser un seul événement, mais Grégory pensait qu’il était mieux de commencer par un film, pour avoir un impact plus fort et plus large, rappelle Elisabete Fernandes. Il m’a demandé si j’étais d’accord de le réaliser avec lui et j’ai dit oui.» Et comme passer derrière la caméra, «d’autant plus pour une si belle cause», était un rêve d’enfant, elle s’est engagée dans le projet avec enthousiasme.

A l’école, la petite Elisabete était «parfois» une bonne élève. «Le système scolaire m’a toujours paru ennuyeux, à vrai dire. C’est en arrivant au CREA [haute école de création, marketing et communication à Genève] que j’ai vraiment pris du plaisir à me rendre à l’école pour la première fois de ma vie», se souvient la jeune femme. A la suite de son stage de fin d’études, elle rejoint Loyco, une entreprise de conseil en tant que Creative Content Manager. Elle y rencontre un certain Grégory Chollet. C’est à cette période aussi qu’elle se découvre une passion pour l’écologie.

J’aurais adoré réaliser un Demain Valais, mais je ne pense pas que l’on aurait été légitimes.

Elisabete Fernandes

«Demain nous a plu notamment pour le côté positif qu’il dégage. Il n’y a aucune tentative de culpabiliser les gens, un phénomène qui peut s’avérer contre-productif. Ici, on est inspiré et on a de vraies solutions pour agir», explique-t-elle. L’objectif n’était pas de faire «un copier-coller» du documentaire tourné dans divers pays du globe, mais plutôt de se focaliser sur le local. L’équipe du film «voulait pousser des initiatives encore méconnues de la population», en évitant d’être associée à un parti politique. Une indépendance qui est aussi financière, puisque le film a vu le jour grâce au crowdfunding.

Filmer les héros des temps modernes

«Nos actes n’ont pas besoin d’être immenses pour avoir une portée. Ce sont parfois au fil de petites actions que les grands changements se font.» Elisabete Fernandes et les membres de Demain Genève ont donc commencé à établir une liste d’initiatives dans leur canton, avec la crainte de ne pas en avoir assez pour remplir un film d’une heure et demie.

«Au final, on a reçu 400 propositions, qui avaient souvent des liens entre elles.» Un de ces projets a particulièrement attiré l’attention de la cinéaste: la ferme à roulettes. «C’est une personne qui produit du blé ancien. Ce botaniste parle tellement bien de son travail que cela donne envie de se lancer. En plus de cette activité, il se déplace avec une roulotte pour éduquer les enfants à l’agriculture.» Pour elle, les instigateurs de ce genre de projet sont «les héros» des temps modernes. «Ils ne se rendent pas compte qu’ils changent l’avenir de notre région.» Elisabete Fernandes l’affirme: «Genève est un bon élève en matière d’écologie. Mais on peut faire mieux, on le peut toujours et cela fait chaud au cœur de voir que les gens se réveillent, surtout les jeunes.»

Que nous réserve «demain»?

L’aventure Demain Genève a bouleversé la vie de la réalisatrice: elle est désormais végétarienne, se pose (vraiment) plus de questions sur ses achats et donne de son temps dans une coopérative de produits biologiques. L’idée sera maintenant de motiver d’autres villes ou cantons à suivre l’initiative genevoise. Un Demain Vevey et un Demain Gruyère existent déjà, mais seulement à l’échelle d’événements ou de captures vidéo. «J’aurais adoré réaliser un Demain Valais, mais je ne pense pas que l’on aurait été légitimes.» En attendant, Elisabete Fernandes et Demain Genève apportent leurs conseils à Demain Portugal et réfléchissent à une websérie, toujours sur la thématique du développement durable. Une chose est sûre, c’est qu’elle gardera toujours la même énergie positive: «Je dis toujours que l’on peut mentir sur un sourire mais on ne peut pas le faire sur l’énergie que l’on dégage.»


Profil

1990 Naissance le 27 mars à Genève.

2010 Entrée à la HEC Lausanne.

2012 Intègre la CREA de Genève, où elle obtient un bachelor en direction artistique.

2017 Début de la campagne de «crowdfunding» pour le film «Demain Genève», l’une des plus réussies qu’ait connues la Suisse romande.

2018 Sortie du film «Demain Genève» dans les salles.


Nos portraits: pendant quelques mois, les portraits du «Temps» sont consacrés aux personnalités qui seront distinguées lors de l’édition 2019 du Forum des 100. Rendez-vous le 9 mai 2019.

Explorez le contenu du dossier

Publicité