La lecture à mort. Comme l’amour parfois, comme le théâtre quand il est plein de grâce, comme le songe d’une nuit d’orage. Le Franco-Suisse Alexandre Doublet, la trentaine solaire, a Platonov dans les veines.