Caractères

Eloge de la lettre

CHRONIQUE. Dans le flux des mots et des phrases de la rentrée, arrêtons-nous un instant pour contempler la lettre

Que de mots, que de mots! Que de phrases et d’emphases! C’est la rentrée littéraire et les livres se multiplient, on glose, on polémique, on discourt. L’écrit, la parole sont des torrents d’automne, grossis par tous les livres accumulés après un été sans nouveautés. Dans ce déferlement – qui a son charme, bien sûr – la lettre, unité de base de toute cette affaire, est un peu oubliée.

Le plus souvent partie d’un tout, le mot; lui-même partie d’un autre tout, la phrase; qui elle-même compose le livre, la lettre travaille dur, en soute, anonyme. Et pourtant, elle a sa beauté intrinsèque. Les synesthètes la parent de couleurs – «A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu, voyelles…» –; les créateurs de formes de caractères singuliers – d’Arial à Verdana.