Dix-sept ans après la sortie de La Moustache, réalisé à partir de son propre roman, Emmanuel Carrère renoue avec le cinéma, et c’est un événement. Adapté du Quai de Ouistreham (2010), un livre-enquête sur les emplois précaires et pour lequel la journaliste Florence Aubenas a réellement travaillé dans ce qu’on appelle «le domaine de la propreté», pour éviter le qualificatif de «femme de ménage», Ouistreham est un film d’une grande force dans sa manière de mettre en lumière des gens de l’ombre. Lancé par Juliette Binoche, qui devient l’écrivaine Marianne Winckler et est entourée de comédiens non professionnels, le film a quelque chose de profondément humain dans sa manière de toucher au plus près, sans misérabilisme mais avec une justesse bouleversante, une réalité qu’on ne veut pas voir.