Culture

Les Enfants d'Elisabeth

Hélène Legrais. Les Enfants d'Elisabeth. Presses de la Cité, 270 p.

Hélène Legrais. Les Enfants d'Elisabeth. Presses de la Cité, 270 p.

Cette évocation de l'action courageuse d'une jeune Suissesse dans les Pyrénées-Orientales, sous l'Occupation allemande, paraît dans une collection qui vise un public populaire. D'où le parti pris de l'auteur de romancer l'histoire vraie d'Elisabeth Eidenbenz, directrice de 1939 à 1944 de la Maternité suisse à Elne, qui sauva de la mort 600 enfants de réfugiées espagnoles, puis d'internées juives ou tsiganes. On connaissait son nom par l'historienne Michèle Fleury-Seemuller, présentatrice du Journal de Rivesaltes 1941-1942 de Friedel Bohny-Reiter (Zoé, 1993), elle aussi volontaire du Secours aux enfants de la Croix-Rouge suisse. Mais il a fallu attendre mars 2002 pour qu'Elisabeth Eidenbenz reçoive la médaille des «Justes parmi les nations». Celle qui a aujourd'hui 93 ans assure qu'elle n'a fait que «ce que sa conscience lui a recommandé de faire, et c'est tout». Sur le fond d'une histoire d'amour entre une ex-militante et un résistant espagnols, ce roman lui rend un hommage fidèle en rapportant notamment l'incroyable épisode où cette intrépide fille de pasteur fait venir à Elne un rabbin et le père traqué d'un bébé pour assister à sa circoncision.

Publicité