Livres

Les enfants sages du Djihad

Une enquête sociologique sur les dossiers de mineurs français radicalisés bouscule quelques idées reçues

Ils ont été placés sous surveillance, en centre de rééducation ou en prison parce qu’ils ont donné des signes de radicalisation. Des signes plus ou moins inquiétants, entre propos provocateurs assimilés à une apologie du terrorisme et la préparation d’attentats. Mais tous ont franchi une barrière, dressée par le consensus social entre contestation acceptable et rejet intolérable des valeurs communes.

Deux politologues français ont enquêté sur cette rupture radicale à partir des dossiers de 133 mineurs, un échantillon d’un ensemble plus large (un petit millier), où les cas les plus graves ont fait l’objet d’un examen détaillé. Leurs constats sont surprenants.

Alors que les jeunes grandis dans les foyers éclatés, marqués par la maltraitance, l’abus de substance et la grande marginalité, se signalent avant tout par des proclamations bravaches de soutien au terrorisme, les mineurs qui ont organisé des départs en Syrie, voire des attentats, sont issus de milieux beaucoup moins chahutés.

Des ambitions déçues

La plupart sont nés dans des familles immigrées ayant fait le pari de l’intégration, parfois au point de couper entièrement avec leur pays d’origine que plusieurs d’entre elles ont quitté pour des raisons politiques. Toutes ont investi massivement dans l’éducation. Même quand les moyens sont limités, les enfants ont leur chambre à eux, ou au moins un espace réservé où ils peuvent étudier (ou nouer des relations virtuelles avec des recruteurs djihadistes…).

Mais il ne suffit pas d’apprendre pour réussir à l’école. Avoir grandi dans le mauvais quartier, ne pas disposer des bons codes peut coûter cher une fois sorti du cursus obligatoire. Les jeunes radicalisés ont essuyé ces déceptions. Ils se retrouvent soudain confrontés à la nécessité de se réinventer un avenir moins ambitieux et à la responsabilité écrasante d’avoir fracassé les rêves de leurs parents.

Lire aussi: Salafisme et complotisme, le double moteur du djihad en Suisse

Le choix de la radicalité, activé à partir de relations amicales ou de contacts noués sur la Toile, apparaît alors comme une voie de fuite idéale, qu’ils empruntent avec une certaine maladresse. Nombreux sont ceux qui ne sont jamais arrivés en Syrie et les attentats projetés étaient rarement réalisables. Mais il s’agit de débutants…

Reste un fait troublant. Les auteurs des attentats bien réels qui ont endeuillé la France ces dernières années ressemblent, par leur histoire sociale et familiale, au groupe des provocateurs. Dans leur cas aussi, justifient les auteurs, le passage à l’acte violent est une forme de fuite. Mais plus tardive: ayant raté toutes les occasions de retrouver une forme de normalité sociale, ces radicalisés extrêmes ont cessé d’être concurrentiels dans une marge toujours plus violente et exigeante où ils sont, quelques années après leur majorité, déjà en train de devenir vieux.


Laurent Bonelli et Fabien Carrié
La fabrique de la radicalité. Une sociologie des jeunes djihadistes français
Seuil, 302 p.

Publicité