Les Editions La Joie de lire fêtent leurs vingt ans cette année et, pour l'occasion, elles s'offrent un très beau cadeau: le dernier ouvrage de Wolf Erlbruch. Le Canard, la mort et la tulipe - un de ces livres qui vous habitent longtemps après leur lecture - est un doux cheminement en compagnie de deux personnages irrémédiablement liés, un canard donc, et cette compagne qu'il se découvre un beau jour, la mort. La première frayeur surmontée, le duo va passer du temps et parler ensemble.

Le texte, plus philosophique que métaphysique, est un exemple de sobriété et de pondération, qui plus est traversé de pointes d'humour! Quant aux illustrations, elles sont d'un Erlbruch merveilleusement sobre, jouant sur la verticalité et l'horizontalité des traits, sur le dépouillement des belles pages blanc cassé qu'habitent deux êtres en fin de compte proches: touchants tous deux, remplis de doutes et d'interrogations, et se dirigeant de concert vers un dénouement qu'on sait inévitable. Car le canard meurt, alors sa compagne de route a pour lui les gestes les plus délicats, les plus respectueux, elle fait ce qu'il y a à faire dans ces cas-là, avec tendresse et attention. Le lecteur comprend, il accepte, déjà grandi qu'il est par cette lecture hors du commun.

***

Première auteure suisse publiée chez Calligram, Anne de Preux propose avec Le Seigneur des Andes un roman émouvant et convaincant, entièrement placé sous le signe de l'alternance, ce qui devrait plaire aux jeunes ados à qui il s'adresse. De courts chapitres bien rythmés, des dialogues qui sonnent juste, une destinée hors du commun font qu'on suit volontiers les aventures de Miguel, sa prime enfance heureuse dans un petit village au pied des Andes, mais aussi ces difficiles années où, enfant des rues, il devra trouver le moyen non seulement de survivre, mais aussi de s'imaginer un avenir.

Miguel a-t-il trop de qualités? Si Anne de Preux a fait ce choix d'un héros irréprochable, c'est parce qu'elle n'a pas, par ailleurs, lésiné sur l'adversité qu'il va rencontrer tout au long de sa vie. Et c'est en observatrice et connaisseuse de l'Amérique du Sud, où elle a séjourné, qu'elle mène ce récit où les souvenirs des jours heureux guident les pas d'un enfant bien déterminé à vivre ses rêves.

Le Canard, la mort et la tulipeTrad. de Danièle BallLa Joie de lire. Dès 7 ansAnne de PreuxLe Seigneur des AndesCalligram/Storigram. Dès 10 ansAnne de Preux signera au Salon du livre samedi et dimanche après-midi.