Claudine Galea. Mêmepaspeur. Illustrations de Marjorie Pourchet. Editions du Rouergue, dès 7 ans

TouteVieille prépare son dernier voyage, elle a rangé la maison, classé les photographies; ToutVieux, qui l'a précédée, lui souffle ce qu'il lui reste à faire, expliquer à Mêmepaspeur, leur petite-fille, «que tu pars un peu loin, que tu vas te taire pour un temps un peu long». C'est un ouvrage qui parle de la mort, de l'éloignement, et pourtant quelles magnifiques, quelles apaisantes présences peuplent chaque page! On attendait avec impatience ce second album de Marjorie Pourchet; ici, elle ne signe pas le texte, c'est Claudine Galea qui a imaginé les douces phrases qui disent l'absence, parfois définitive, parfois passagère, comme celle de MinouGris parti «aimer Minette et chasser souris». L'auteure parvient à poétiser le manque, à le transformer en un tendre sentiment, tandis que l'illustratrice suggère, avec la délicatesse qu'on lui connaît, que certaines frontières cèdent, lorsqu'on s'aime. Un ouvrage à lire lentement, parce que tout y fait sens, les couleurs comme les blancs, le tracé du texte comme le contour des corps, la chaleur des gestes comme la transparence des ombres.

***

Marie-Sophie Vermot. Mais il part… Editions Thierry Magnier, dès 12 ans

Parce qu'il sauve une jeune chienne égarée en pleine ville, Saul se trouve un petit boulot: le propriétaire de l'animal lui propose de promener Lola, lui-même n'en a plus la force. Très vite, l'adolescent apprend que Kyle souffre du sida et que ses jours sont comptés puisqu'il a abandonné tout traitement. Anne-Sophie Vermot signe là un roman dépourvu de pathos; c'est avec beaucoup de légèreté, beaucoup de parcimonie qu'elle distille les émotions, les sentiments qui assaillent les protagonistes et en particulier le jeune Saul. Accepter de promener Lola, c'est acquérir une autonomie, plus symbolique que financière, c'est se démarquer de ses parents, de leurs reproches et de leurs recommandations, c'est aussi faire des choix: amitiés malmenées à cause d'une susceptibilité exacerbée, sentiments amoureux confus à l'égard de la nièce de Kyle – mais est-ce de l'amour ou un même désarroi, un même besoin de réconfort face à un être condamné? Beaucoup d'interrogations jalonnent ces semaines difficiles pendant lesquelles Saul acquerra certes une maturité nouvelle, mais par bonheur aussi un réel apaisement, une nouvelle attention aux siens.