«Dans l'aéroport, tout bouge tout le temps [...]. Tout le monde va quelque part, sauf papa et moi. Nous, nous restons.» S'ils restent dans l'aéroport, le jeune narrateur et son papa, c'est pour une bonne raison: ils y habitent. Et chacun de leurs gestes, chacune de leurs attitudes n'a qu'un seul but: ne pas se faire remarquer, ne pas exister, en somme, aux yeux des autres.

Eve Bunting signe là un texte superbe de retenue et de dignité; elle évoque le quotidien du père et de l'enfant (se laver dans les toilettes publiques, changer chaque soir de terminal, ne jamais s'attarder au même endroit), les efforts vains pour trouver un travail, la solidarité entre exclus. Les images excellent à suggérer la complicité inquiète qui unit père et fils; presque froides, mais c'est bien ainsi, elles montrent de vastes lieux anonymes, des silhouettes pressées, des visages fermés. Parfois aussi des retrouvailles, sous l'œil de l'enfant qui se souvient alors de sa vie d'avant. Cet album fort et pudique présente une réalité sociale très dure, mais s'achève sur l'espoir d'une vie différente, un jour...

***

Premier départ, premières vacances pour Romuald et sa famille! L'assistante sociale leur a trouvé un bungalow dans un camping de bord de mer. Mais de Lille aux Sables-d'Olonne, il y a trois trains, un changement de gare à Paris, autant d'aventures lorsqu'une mère voyage seule avec ses quatre jeunes enfants. Et puis il faut affronter le regard des autres, ceux qui sont bien habillés et tirent une petite valise à roulettes: les braillements de Samy, les gifles de la mère, le pique-nique pantagruélique et ses reliefs par terre, les gros sacs à rayures en guise de bagages, tout ceci est diversement perçu par les voyageurs.

Le lecteur, lui, se laisse captiver par cette famille haute en couleur, cette figure de mère pas très tendre mais si fière de ses mômes, et surtout décidée à leur en offrir, des vacances: là-bas, à la mer, ils seront les rois du monde! Les romans de la collection ZigZag sont généreusement illustrés, textes et dessins s'entremêlent pour offrir aux lecteurs des récits au langage très accessible; ici le style se veut «jeune», mais pas trop, et le regard se pose, joyeux, sur une réalité qui ne l'est pas toujours.

Eve Bunting. Toi, vole! Illustr. de Frédéric Rébéna. Trad. de Fenn Troller. Syros, dès 6 ans

Hélène Vignal. Les Rois du monde. Illustr. d'Eva Offredo. Ed. du Rouergue, dès 9 ans