Tom Topor

L'Orchestre des ombres

Trad. de Noël Chassériau

Gallimard, coll. Folio policier, 358 p.

(1re éd. Série noire, 1987)

Polar atypique, L'Orchestre des ombres (titre original: Coda, 1984) a pour personnages des survivants des camps de la mort. Fiona Shaw, jeune et ambitieuse journaliste new-yorkaise, demande à son amant Kevin Fitzgerald, détective privé, d'aider une vieille dame juive de sa connaissance à savoir si son mari, déclaré mort par les nazis en 1945, n'est pas toujours vivant.

Max Weill était avant guerre un brillant pianiste dont on pensait qu'il égalerait un jour Horowitz ou Rubinstein, jusqu'à ce qu'il soit déporté à Auschwitz où il a fait partie de l'orchestre. Elle-même rescapée de Maïdanek, Lilli Weill est certaine d'avoir aperçu son mari dans la rue mais personne ne veut la croire. Bien que sceptique, Kevin accepte de mener l'enquête et retrouve un des survivants de l'orchestre d'Auschwitz, le violoniste Sacha Cherkov. Ses investigations sont entravées par de mystérieux interlocuteurs et Sacha est découvert mort, la tête dans le four de sa cuisinière à gaz – un suicide que Lilli juge impossible. Ce que Kevin mettra finalement au jour, à force d'obstination, c'est l'implication de l'OSS (future CIA) dans la «disparition» de Max et la triple impossibilité où ce dernier se trouve de reprendre une vie normale, malgré son désir de vivre libre dans le paradis américain. Le privé comprendra aussi, mais trop tard, le piège à double fond dans lequel il est lui-même tombé.

Un suspense haletant où, comme le déclare Kevin, «on ne fait pas un pas sans tomber sur de nouvelles mines de fond émotionnelles». Journaliste à Cosmopolitan, Tom Topor a reçu pour ce livre le Prix Mystère de la critique 1987.