Il y a quatre ans, deux stratèges ont lancé le pari de former un orchestre de jeunes à Verbier. Pour Martin Engström, cet orchestre devait promouvoir un pôle d'excellence, une spécificité pour son festival. Pour Georges Gagnebin, il devait propager les valeurs de sa banque – soutenir financièrement les jeunes talents – en passant par le canal des émotions. Aujourd'hui, le UBS Verbier Festival Orchestra connaît un succès inespéré. «Cette année, on a vu que toutes les soirées de l'orchestre étaient pleines, explique Georges Gagnebin, membre du Group Executive Board de UBS. Ce résultat dépasse tout ce qu'on avait imaginé.»

Formule inédite

Le succès repose sur une formule inédite. Plutôt que de dépendre des pouvoirs publics, l'orchestre est entièrement sponsorisé par UBS. «Ce qui nous intéresse, ce n'est pas de mettre de l'argent sur la table, commente Georges Gagnebin. Nous voulions plutôt investir dans un projet de formation pour les jeunes à l'échelle planétaire.» En contrepartie, le UBS Verbier Festival Youth Orchestra donne des concerts privés pour les clients de la banque. Grâce à une puissante campagne de publicité – affiches placardées dans les aéroports internationaux, documentaire sur l'orchestre, spots télévisés, journaux… –, il est devenu une vitrine, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. «Nos collaborateurs et collaboratrices s'identifient très fortement avec cet engagement du groupe UBS.»

Si UBS intervient sur le plan financier et administratif, la banque n'entre pas en matière pour le volet artistique. «Martin Engström et Avi Shoshani définissent le répertoire en accord avec le directeur artistique James Levine et les chefs invités.» Quant à l'avenir de l'orchestre, Georges Gagnebin cite l'exemple d'un concert donné à Lindau, en Allemagne, où des musiciens ont joué en petites formations devant des Prix Nobel. «L'orchestre est de plus en plus courtisé.» Après des tournées réservées aux clients de la banque, il jouera cet automne dans les plus grandes salles d'Europe (Vienne, Athènes, Varsovie…). Cinq concerts seront ouverts au public. «Nous nous sommes engagés pour cinq ans, jusqu'en 2004. Dans un monde peuplé d'incertitudes, l'orchestre symbolise à nos yeux l'espoir d'une confiance qui se reconstruit en associant des talents du monde entier.»