Il y a un prix que EO est sûr de ne pas obtenir, et c’est bien dommage. C’est celui de la meilleure interprétation, que l’on décernerait pourtant volontiers au héros du nouveau film de Jerzy Skolimowski: un âne. Et même si le règlement du Festival de Cannes acceptait de décerner un trophée à des acteurs non humains (seule une Palme Dog décernée par un jury alternatif vient chaque année sacrer le meilleur chien), le réalisateur polonais a fait appel pour son film à plusieurs bêtes. Voici donc l’histoire de EO, ou Hi-han en français, un âne qu’on va suivre entre la Pologne et l’Italie dans un road-movie célébrant ce qu’il y a de plus noble dans l’animal et de plus vil dans l’espèce humaine, malgré quelques moments d’espoir.